7 initiatives pour préserver le lien social en EHPAD, même confinés !

Face à ce 2ème confinement, les efforts des entreprises pour survivre ne blêmissent pas. Lorsque c’est possible, mobilité, multi-site, télétravail sont les nouveaux visages du monde postmoderne où les frontières entre vie privée et vie professionnelle s’amenuisent chaque jour un peu plus, à la faveur du numérique.

Solidaire ou consécutive à ce changement de paradigme, la perte de lien social est aussi la marque de l’époque. On ne refait plus le match à la pause-café, on n’y partage plus ses sauts d’humeur, ni ses traits d’humour !

Mais que dire des liens sociaux en EHPAD ? La situation exceptionnelle que nous vivons complique la vie de nos proches âgés. Comment font-ils pour s’adapter aux mesures de confinement ou de couvre-feu ? Quelles solutions sont apportées – et par qui ? – pour préserver ce lien social qui nous caractérise principalement, essentiellement ?

Que nous soyons cachés derrière nos masques, nos écrans, ou nos a priori, notre curiosité des uns pour les autres doit rester notre moteur principal. Pour vous qui travaillez en EHPAD, nous avons observé une veille afin de vous proposer un petit tour d’horizon des initiatives intelligentes pour célébrer notre vivacité, malgré la crise. 7 initiatives et 1 bonus divisées en 3 catégories pour préserver le lien social en EHPAD… et ailleurs !

Du confinement nécessaire à l’isolement social

Des initiatives d’endurance (à la crise)

↯ Initiative #1 | Le prêt de personnel

↯ Initiative #2 | L’ouverture des plateformes d’AAD aux EHPAD, SAAD

Des initiatives de renforcement de l’autonomie

↯ Initiative #3 | La personnalisation des séjours et des projets de vie

↯ Initiative #4 | Les activités de stimulation

Des initiatives de confort et de réconfort

↯ Initiative #5 | Les services d’écoute, de bavardage…

↯ Initiative #6 | Les visites virtuelles

↯ Initiative #7 | Le jeu, les applications ludiques

Une initiative bonus !

↯ Initiative bonus | Le binge watching à distance

Du confinement nécessaire à l’isolement social

Afin de limiter la propagation du coronavirus et de faire face au manque de place dans les hôpitaux, la France a instauré une seconde période de confinement.

Si toute la population est concernée par ce confinement, les personnes âgées restent les plus fragiles et les plus sévèrement touchées par le virus . Malgré les restrictions qui ont pour but de préserver la santé, les visites en EHPAD, maisons de retraite, résidences ou domiciles privés sont possibles au titre d’un motif familial impérieux, et dans le strict respect des gestes barrières.

Cette relative souplesse dans le protocole sanitaire vise à prendre en compte les besoins psychologiques des personnes âgées qui ressentent plus durement la solitude. Celle-ci était présente avant le confinement, mais s’accentue depuis le début de la crise sanitaire.

En effet, une étude des Petits Frères des Pauvres menée sur une population de personnes de plus de 60 ans révèle des chiffres préoccupants sur les effets du premier confinement.

  • 720 000 personnes âgées n’ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement
  • 650 000 n’ont trouvé personne à qui parler
  • 5,7 millions de personnes ont ressenti de la solitude tous les jours ou souvent
  • le confinement a eu un impact négatif sur la santé morale de 41 % des personnes âgées

Qu’elles vivent à domicile ou en EHPAD, les personnes âgées se replient sur elles-mêmes à cause de la solitude imposée : leur routine quotidienne, faite de rencontres en salles communes, de moments privilégiés avec leurs proches, ou de rendez-vous avec des auxiliaires de vie est aujourd’hui plus difficile en raison des conditions exceptionnelles que nous traversons.

Des initiatives d’endurance (à la crise)

Fort heureusement, pour atténuer les inconvénients du confinement et renforcer le lien social, les initiatives se multiplient, au premier rang desquelles on peut citer les initiatives pour maintenir les niveaux de services malgré les complications.

En effet, la première des choses à laquelle les personnes âgées sont en droit de prétendre, c’est à la continuité des services qui leur sont apportés. Même restreint, tout contact humain demeure indispensable.

↯ Initiative #1 | Le prêt de personnel

Ainsi par exemple, au mois d’avril dernier, le manque de personnel dans les EHPAD a parfois été aggravé par l’absentéisme lié à l’épidémie. Pour cette raison, Le Groupe Elsan, numéro deux de l’hospitalisation privée, a déployé des efforts inédits pour apporter son soutien aux acteurs du grand âge, et proposer un renfort de personnel en transférant des soignants de ses cliniques dans les EHPAD.

Ce n’est certes pas l’initiative la plus spectaculaire mais c’est très certainement l’une des initiatives les plus fortes. Elle casse les habitudes d’un cloisonnement artificiel entre les professionnels du soin, et initie une ère de coopération entre le monde des établissements MCO (séjours hospitaliers en soins de courte durée) et les EHPAD qui pourrait – devrait – se prolonger après la crise. A suivre donc…

Pour aller plus loin… lire l’interview de Thierry Chiche, Président du Groupe Elsan.

↯ Initiative #2 | L’ouverture des plateformes d’AAD aux EHPAD, SAAD

La continuité du service, encore et toujours, mais autre initiative. On assiste depuis peu à l’ouverture des plateformes de jobbing AAD. Historiquement dédiées à la mise en relation entre AAD et particuliers, ces plateformes sont en train d’évoluer en s’ouvrant aux professionnels insatisfaits des CVthèques traditionnelles, véritables fourre-touts où la qualité n’est pas toujours au rendez-vous (c’est aussi ça le postmodernisme).

“Nous avons été sollicité par des EHPAD qui ne parvenaient pas à trouver les personnels dont ils avaient besoin. Leur permettre, ainsi qu’aux professionnels du secteur des SAAD de continuer ‘à tourner’ malgré les difficultés de la situation, c’est la mission que nous nous sommes assignés et que nous continuons de nous assigner pendant la crise”, déclare par exemple Lucas Fialaire, CEO de Keradom.

En réinventant au passage le modèle de plateforme de jobbing pour les pros, souhaitons que cette initiative aboutisse à une transformation plus profonde des processus de recrutement du secteur.

Pour aller plus loin… (re)découvrir la plateforme Keradom

Des initiatives de renforcement de l’autonomie

Se nourrir, prendre soin de soi et se soigner, être informé et écouté, se prémunir des arnaques, parler avec autrui, sortir et maintenir une activité physique, s’occuper et se cultiver, organiser sa vie quotidienne, et enfin maintenir des rituels symboliques ou spirituels sont autant d’activités qui sont essentielles aux personnes âgées pour s’épanouir et entretenir les liens sociaux.

Mais pour exister socialement en EHPAD (ou ailleurs), et ce, quel que soit son niveau de dépendance, il est important de pouvoir jouir d’une certaine autonomie et de disposer d’un minimum de liberté pour exprimer sa personnalité.

↯ Initiative #3 | La personnalisation des séjours et des projets de vie

Pour apporter une réponse concrète au besoin d’autonomie (ne serait-ce que morale), happytal a développé happydom, une plateforme digitale pour les EHPAD, qui permet d’impliquer davantage les familles et les tuteurs, permettant par ricochet d’offrir une plus grande personnalisation des séjours et des projets de vie des résidents.

Avec l’aide des familles éloignées, des mandataires judiciaires, ou de partenaires locaux, les établissements peuvent apporter plus de produits, de services, d’animations et de sorties aux résidents en diminuant la charge des équipes, qui peuvent ainsi réallouer le temps gagné à nos aînés. Happydom permet de compléter le projet de vie en apportant de façon récurrente et automatique les produits qu’un résident affectionne et les services dont il a besoin. Tous les acteurs peuvent travailler de façon simple et transparente sur un même outil avec un objectif commun : le bien-être des résidents.

C’est une initiative remarquable parce qu’en plus d’apporter de la souplesse aux différents acteurs, elle a d’abord l’immense vertu de remettre la personne âgée au centre de l’équation, de sacraliser sa dignité !

Pour aller plus loin… regardez une vidéo de présentation de happydom

↯ Initiative #4 | Les activités de stimulation

Plus que jamais les professionnels de soin en EHPAD ont besoin d’un accompagnement pour la prise en charge des résidents qui présentent des troubles cognitifs.

En effet, le confinement présente un gros risque de déclin pour les personnes atteintes par ce type de troubles. De par l’isolement forcé, les contacts sont par définition restreints et les stimulations extérieures limitées. À défaut d’être régulièrement sollicitées, certaines capacités peuvent diminuer.

Pour une efficacité réelle, il est primordial de cibler les fonctions préservées des personnes atteintes de troubles cognitifs, et de leur offrir la possibilité de mobiliser leurs capacités. C’est ce que l’on appelle la stimulation. Son objectif est triple : améliorer les performances cognitives, transférer ces performances dans les activités de la vie quotidienne, et renforcer l’estime de soi.

Parce que l’urgence de la situation l’exige, ExoStim apporte une solution concrète et scientifique aux personnels d’EHPAD pour remplir leur mission auprès de leurs résidents et gérer les troubles cognitifs dans leurs établissements.

Cette solution de prévention et de repérage précoce de la fragilité cognitive permet de favoriser l’autonomie dans les meilleures conditions possibles.

Pour aller plus loin… lisez le livre blanc d’ExoStim pour comprendre les troubles cognitifs et les prévenir.

Des initiatives de confort et de réconfort

Améliorer les liens de communication entre personnes âgées isolées et leurs proches, pourvoir aux services du quotidien, ou renforcer le soutien par la téléassistance, on assiste aujourd’hui à une explosion des initiatives de confort et de réconfort. D’ailleurs, diffuser les initiatives numériques pour maintenir le lien social, c’est la 5e mesure proposée par le plan de mobilisation nationale contre l’isolement du rapport Guedj…

↯ Initiative #5 | Les services d'écoute, de bavardage...

Parler, écouter : à eux seuls, ces deux mots suffisent à résumer la nature humaine… Les initiatives ne sont pas toutes inédites, mais il nous paraissait important de mettre à l’honneur ce travail de fond accompli depuis des années et ô combien utile.

Pour écouter, rassurer les personnes âgées isolées par le confinement, les Petits Frères des Pauvres maintiennent leur ligne d’écoute et de soutien téléphonique Solitud’écoute.

Le 0 800 47 47 88 est un numéro gratuit, anonyme et confidentiel ouvert tous les jours de 15h à 20h.

La Croix-Rouge française a mis sur pied un dispositif de conciergerie solidaire « Croix-Rouge chez vous » joignable au 09 70 28 30 00, de 8h à 20h. En contactant le service, les personnes isolées peuvent bénéficier de services d’écoute adaptés – soutien psychologique, information sur la situation -, commander et se faire livrer par des bénévoles de la Croix-Rouge des produits de première nécessité ou des médicaments sur ordonnance.

On assiste par ailleurs à la naissance de plateformes de conversation comme Un Brin de Causette, qui vise également à préserver le lien social avec du bavardage par téléphone. La particularité de ce service tient à ce qu’il s’articule tout entier autour de la proximité et de la familiarité : pour créer du lien social les appels sont récurrents et se font toujours avec la même personne, dite la “papoteuse”. Le service crée une véritable relation entre la personne âgée et la papoteuse. Au fil des conversations, plein d’anecdotes sont glanées – véritables trésors pour les familles – et leur sont par la suite restituées. Un Brin de Causette déclare en effet vouloir “remettre les grands-parents au centre des familles”.

Pour répondre spécifiquement aux problématiques rencontrées par les familles de malades d’Alzheimer, le réseau France Alzheimer a mis en place de nouveaux services d’écoute téléphonique (coordonnées téléphoniques locales consultables sur le site de l’association France Alzheimer).

France Parkinson propose un soutien aux personnes et à leur famille grâce à sa ligne d’écoute nationale joignable au 01 45 20 98 96.

Pour aller plus loin… découvrez Un Brin de Causette

↯ Initiative #6 | Les visites virtuelles

Que faire quand toute visite est impossible, ou simplement difficile, compliquée ? Là encore, les technologies numériques volent à notre secours et nous permettent d’organiser des rencontres en tous genres.

De nombreux Ehpad ont pris des mesures pour pallier l’absence de visites auprès des résidents. Un établissement parisien organise ainsi des visioconférences sur Skype et WhatsApp avec les familles. D’autres des conférences ou des ateliers en ligne sur HappyVisio. Un autre envisage l’achat de tablettes numériques individuelles pour que chacun puisse avoir accès à des films ou à des photos. Un autre encore a mis en place une application où les familles postent des messages, photos, etc., raconte une internaute sur Twitter. On peut même se cultiver grâce aux expositions online…

Emotivi lutte contre l’isolement en EHPAD grâce à la vidéo sur le poste de télévision permettant aux familles de communiquer avec leur proche âgé.

Certains EHPAD organisent même des minis concerts individuels via les réseaux sociaux.

« L’art et la culture sont des élixirs de vie” comme aime à le rappeler Richard Michel, Directeur de l’EHPAD Korian Les Amandiers, qui organise ces visites musicales virtuelles à Paris.

Vidéo sur internet

Korian Les Amandiers Paris Concours MDRS 2020-2021

On assiste enfin ici et là à la résurgence des correspondances papiers traditionnelles, sur fond d’échange intergénérationnel et de dessins d’enfants. Simple. Sympa. Efficace. Humain.

Pour aller plus loin… découvrir les minis concerts individuels

↯ Initiative #7 | Le jeu, les applications ludiques

Pour aider les personnes âgées à mieux vivre le confinement, on trouve enfin de nombreuses applications de jeux, quiz, et cours à distance : c’est le cas de Dynseo, plateforme de jeux intergénérationnelle, et “d’entraînement cérébral”. On est loin de la stimulation cognitive dont nous avons parlé avec ExoStim, mais c’est ludique et le jeu rompt l’isolement.

Pour aller plus loin… découvrez Ammy qui propose d’aider les seniors avec leurs courses ou l’assistance informatique grâce à un réseau d’entraide solidaire.

Une initiative bonus !

↯ Initiative bonus | Le binge watching à distance

On l’aura compris, ce ne sont pas les solutions originales et efficaces qui font défaut. Si en dépit de cette liste des 7 familles d’initiatives pour lutter efficacement contre l’isolement social vous restez en quête de l’ultime solution de déconfinement virtuel, quoi de mieux qu’un bon film en famille ou entre amis ?

J’anticipe déjà votre interrogation teintée de scepticisme ; comment regarder un film à plusieurs en même temps et à distance ? Et bien sachez que pendant la premier confinement, Netflix a innové pour proposer le nouvel usage du binge watching à distance.

Netflix Party, rebaptisé depuis Teleparty, est une application sympathique et souvent utile. Elle permet de synchroniser (à distance) le visionnage d’un film ou d’une série avec vos amis. En clair, l’un des abonnés prend la main, et lance la lecture d’un épisode ou d’un film. Et le programme se lance simultanément sur les écrans des utilisateurs avec lesquels il est synchronisé. Bref, la solution idéale pour débattre ou digresser avec papi ou mamie.

Si cette pratique vous inspire, sachez que plusieurs applications proposent cette fonctionnalité. Citons Scener, Rabbit, Discord, Meet, Zoom et Facebook Watch Party.

Pour aller plus loin… découvrir les solutions de binge watching à distance.

Ensemble, faisons plus pour vos résidents

Si vous souhaitez nous contacter directement pour échanger avec nous et en savoir plus :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Vous souhaitez en savoir plus ?