La plateforme en ligne de coordination autour des résidents

Se sentir chez soi en Ehpad

Il est important de permettre aux résidents de se sentir chez eux en EHPADLe sentiment de « chez soi » est influencé par l’expérience du résident dans son ensemble et pas uniquement par le fait de disposer d’une chambre personnelle. C’est en effet un concept très marqué par les caractéristiques sociales, l’environnement et les aménagements. Il est relié à une expérience personnelle et aux émotions.

Les études montrent que l’aménagement de l’espace extérieur et intérieur joue un rôle majeur pour le développement du sentiment de « chez soi » en institution et il est indéniable que disposer de biens personnels et préserver ses habitudes quotidiennes – des moments gourmands aux prestations de bien-être – contribuent à renforcer ce sentiment.

Il existe des solutions clé en main qui permettent aux résidents de ne pas rompre avec leurs rituels, tout en simplifiant le quotidien des soignants. Nous en avons développé une pour vous. Elle s’appelle happydom.

Notre super Chef de Produit vous raconte happydom !

Victoria BigeardChef de Produit, vous raconte l’aventure happydom ! De l’idée au développement de la solution, découvrez les étapes qui ont permis de concevoir un produit adapté aux besoins et aux spécificités des Ehpad.

> Comment est venue l’idée d’happydom ? ……………………………..0’04 »
> Comment avez-vous construit la solution ? ………………………….0’55 »
Et maintenant, à quelle étape en êtes-vous ? ………………………3’58 »
Pourquoi avez-vous choisit de coconstruire la solution ? ……4’20 »
> Avec qui avez-vous travaillé ? ……………………………………………..5’29 »
Quelles équipes en interne ont été mobilisées ? …………………..6’29 »

happydom, c'est quoi ?

Interface d'happydom la plateforme de coordination pour le bien vieillir en EHPAD, USLD et Résidence autonomie

happydom est une plateforme digitale qui simplifie la coordination entre tous les acteurs qui accompagnent les résidents au quotidien : familles, tuteurs, professionnels de santé, associations, prestataires de services locaux, etc. 

Les résidents ont accès à plus de produits, plus de services, plus d’animations et de sorties. Mais sans rajouter plus de charge de travail à vos équipes ! 

Estelle, de la Compagnie des Aidants, ainsi que Laura et Marie-Noël du Centre Hospitalier d'Orléans vous racontent leur expérience !

Comme Victoria vient de très justement l’expliquer – il est apparu essentiel de sonder les futurs utilisateurs d’happydom afin de comprendre leurs attentes et prendre en compte leurs spécificités.

De nombreuses personnes ont accepté de nous rejoindre dans cette belle aventure qu’est happydom : tuteurs, familles, personnels d’Ehpad, résidents … Sans elles, notre produit ne serait pas l’incroyable outil qu’il est aujourd’hui et il ne serait pas aussi simple, rapide et adapté. Qu’elles en soient ici remerciées.

Laura et Marie-Noël, mandataires judicaires au sein du Centre Hospitalier Régional d’Orléans (CHRO), ainsi que Estelle, Chef de projet à la Compagnie des Aidants (LCDA) ont accepté de revenir sur leur participation à la co-construction d’happydom et de partager leur expérience avec nous, avec vous.

Pour quelles raisons avez-vous accepté de co-construire le produit avec nous ?

CHRO : Le produit tel qu’il nous a été présenté répondait à un réel besoin auquel sont confrontés tous les mandataires : le management des courses des résidents ! En tant que mandataires judiciaires, un certain nombre de majeurs protégés nous est assigné et ils ne résident pas tous dans le même établissement. Il nous faut donc, entre autres, gérer les commandes de chacun, de l’achat à la livraison, en passant par la récurrence, la prise en compte des velléités de chacun et le paiement. Nous avons vu tout de suite dans happydom les bénéfices que la solution pourrait nous apporter en termes de praticité et de gain de temps.

LCDA : L’idée nous a beaucoup plu car elle semblait répondre à un besoin clairement exprimé par les aidants mais auquel nous n’avions pas imaginé trouver une solution. C’est donc naturellement que nous avons accepté de participer à la co-construction d’happydom, pour contribuer à son amélioration.R

Comment avez-vous perçu le fait d'être consultées pour le développement de ce produit ?

CHRO : Nous nous sommes senties fières et valorisées ! C’est quelque chose qu’on ne fait pas tous les jours et nous étions curieuses de découvrir comment on monte un projet, comment se développent des solutions et des outils.

Nous sommes ravis de vous voir ici !  Voici donc la suite de l’interview de Laura et Marie-Noël, mandataires judicaires au sein du Centre Hospitalier Régional d’Orléans (CHRO)ainsi que Estelle, Chef de projet à la Compagnie des Aidants (LCDA) qui ont accepté de revenir sur leur participation à la co-construction d’happydom et de partager leur expérience.

En quoi happydom semblait répondre à de vrais besoins pour les résidents, les familles, les tuteurs, le personnel ?

En quoi happydom semblait répondre à de vrais besoins pour les résidents, les familles, les tuteurs, le personnel ?

CHRO : Nous avons vu l’équipe en charge de la création d’happydom à plusieurs reprises depuis janvier 2020.

L’équipe est venue nous voir une première fois pour nous présenter le projet, auquel nous avons tout de suite adhéré. Nous avons échangé sur notre métier de mandataire et la manière dont nous faisons les courses de nos majeurs protégés, le temps nécessaire, nos besoins, le coût du service …. L’idée était d’apporter le plus de données possibles afin que happytal puisse imaginer happydom.

Ce premier rendez-vous effectué, nous nous sommes revus pour la présentation des premiers dessins de la solution, sur lesquels nous avons donné notre avis.

Lors du 3ème rendez-vous, nous avons pu naviguer sur la première version de la plateforme, voir les interfaces, indiquer ce qui était utile pour nous et, inversement, ce qui ne l’était pas du tout. Nous nous souvenons d’ailleurs que l’équipe avait imaginé certaines fonctionnalités en pensant qu’elles constituaient un réel intérêt alors que ce n’était pas du tout le cas pour nous. L’accueil était par exemple surchargé, on s’y perdait complétement. Nos remarques ont été prises en compte et la version suivante était bien plus aérée, avec uniquement les éléments dont on a besoin pour nous simplifier la vie et aller droit au but, sans perdre de temps.

Le confinement est intervenu et nos rendez-vous physiques ont laissé place à des visio-conférences. La plateforme était alors quasiment ce qu’elle est actuellement. Depuis, nous l’avons utilisée en avant-première pour des résidents du Bois Fleuri et cela fonctionne ! Le catalogue est constitué des produits les plus demandés et il sera enrichi en fonction des demandes particulières des résidents que nous remonterons.

 

LCDA : Je me souviens de notre premier entretien dans les locaux d’happytal. Il faut dire que j’étais impressionnée d’être devant autant de personnes désireuses de m’entendre, avides de découvrir ce qu’est être aidant pour des personnes en Ehpad, de connaitre ce public particulier, ses besoins, ses attentes et pouvoir ainsi réfléchir au produit qui leur faciliterait la vie au quotidien !

J’ai vraiment apprécié ces échanges. Nous sommes allés très loin dans l’exploration du sujet, toutes les thématiques ont été abordées. Les questions fusaient !

J’ai pu expliquer ce que sont les aidants, à quoi ressemble leur quotidien et le lien qui l’unit à son aidé.

Lors du dernier rendez-vous, j’ai pu tester le produit et constater que mes remarques avaient été prises en compte. La plateforme était devenue plus simple, plus intuitive. Le nombre de clics avait été réduit, la police grossie et les informations sur l’Ehpad, le résident et le proche ajoutées pour que tous puissent communiquer facilement.

Pour vous, quels étaient les aspects à développer en priorité ?

CHRO : Pour nous convaincre d’utiliser la plateforme, elle devait absolument être rapide, simple et efficace. Quelque chose de trop compliqué nous aurait découragé. Il fallait également que nous ne soyons pas obligés d’y retourner tous les jours pour refaire les mêmes manipulations. Il fallait aussi que nous puissions y retrouver des produits divers et variés pour satisfaire tout le monde, sans être trop cher.

 

LCDA : Il me paraissait indispensable de pouvoir retrouver les coordonnées et les informations concernant l’Ehpad, l’aidé et l’aidant. Les coordonnées de l’équipe happydom aussi, pour les éventuelles questions liées à la navigation sur la plateforme, car à la moindre difficulté, bien souvent, si on ne trouve pas la réponse rapidement, on abandonne.

Il fallait également que l’offre de produits et de services soit large pour contenter tous les goûts et pour que les aidants puissent personnaliser le séjour de leur aidé au maximum.

Y a-t-il eu des freins à anticiper ?

CHRO : L’interface ne devait pas être trop chargée et trop compliquée car les aidants ne sont pas tous 100% à l’aise avec l’informatique et Internet, sans compter que la majorité d’entre eux a déjà un certain âge.

 

LCDA : Pour moi, le produit devait être responsive et intuitif. Il devait s’adapter au public et non l’inverse. Vous savez, la majorité des aidants a quasiment 60 ans et n’est pas toujours très à l’aise avec les nouvelles technologies. Ils ont moins de patience pour essayer de comprendre ces nouveautés et la difficulté peut très vite les en décourager. Il est aussi souvent plus simple de faire les choses via son téléphone portable que devoir s’installer devant un ordinateur, qui n’est pas toujours à portée de main.

Y a-t-il eu des freins à anticiper ?

CHRO : A vrai dire, il n’y a pas eu un seul moment où nous ne nous sommes pas senties écoutées ou observées. Nos remarques ont toujours trouvé une oreille attentive et volontaire. A chaque étape, à chaque rendez-vous, il y a eu un retour positif de tous les éléments que nous avions donnés. C’était agréable.

 

LCDA : Le point de vue de l’aidant et donc la connaissance de ce public était un élément indispensable pour la création de l’outil. L’équipe était très à l’écoute de mes remarques de manière générale.

Y a-t-il eu des freins à anticiper ?

CHRO : Nous sommes ravies que la produit puisse voir le jour, aboutir, en partie grâce à notre participation active ! Si l’expérience était à refaire, nous recommencerions sans hésiter ! Nous allons d’ailleurs continuer de faire nos retours à l’équipe afin que le produit s’améliore.

 

LCDA : Je me suis sentie écoutée, prise en compte. C’est valorisant de se dire qu’on a participé à la création d’un tel produit. On se dit qu’on est reconnu pour nos compétences. Le produit s’améliore avec comme ligne directrice ce que les aidants souhaitent : garder un lien avec leur proche, avec l’Ehpad et pouvoir faire plaisir quand ils le souhaitent !

Ensemble, faisons plus pour vos résidents !

Si vous souhaitez nous contacter directement pour échanger avec nous et en savoir plus : 

Experts en solutions e-santé pour les établissements sanitaires, nous avons développé nos solutions pour les services médico-sociaux.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous souhaitez en savoir plus ?